La valorisation récente du zgougouet les nouvelles dynamiques des relations d’exploitation et des communautés de cueilleurs dans le Haut Tell tunisien

L’exploitation du zgougou (graines douces du pin d’Alep)a connu une expansion récenteau nord de la Tunisie en rapport avec l’augmentation de la demandesuite à son introduction dans l’industrie pâtissière et agroalimentaire par des sociétés multinationales. La surexploitation de la pinède de Kessra à obligé les Ouled Mrabet, exploitants les plus attachés à cette activité, à pratiquer la transhumance  vers d’autres forêts sous-exploitées, issues en majorité du reboisement, dans le Haut Tell et la Dorsale tunisienne. Après le transfert de leur savoir faire à la population des destinations, des formes de concurrence apparaissent entre la population riveraine des forêts qui s’attache à ses « droits historiques » et les exploitants transhumants qui  obtiennent les droit d’exploitation par enchère au plus offrant. Pour éviter ce type de conflits sur les richesses forestières en zgougou, les riverains incapables à participer aux enchères collectent une somme d’argent qui leur permet la concurrence des transhumants. Dans le cas inverse, ils arrivent àdes formes de compromis qui leur permettent de participer à la cueillette du produit comme main d’œuvre salariée. Les implications sociales sur les communautés transhumantes sont lourdes. En effet, la catégorie de petits exploitants, incapable de pratiquer la transhumance, se trouve obligée à s’endetter envers les commerçants par des avances au titre de la récolte avec un remboursement par des prix « dérisoires » déterminés selon les cours de la saison des contrats durant laquelle les prixbaissent à leurs niveaux les plus bas.Les transhumantsqui pratiquent des migrations en groupes de plusieurs familles laissent leurs enfants à l’âge de scolarisation chez leurs proches. Plusieurs parmi ces écoliers refusent de se séparer de nouveau de leurs familles après les courtes vacances, ce qui abouti à des interruptions fréquentes et un échec scolaire. En plus des difficultés citées plus haut, la législation forestière impose des restrictions sévères sur le transport des produits forestiers, auxquels appartient le zgougou, ce qui oblige les exploitants à céder la tache de commercialisation aux réseaux compliquées dominés par des grossistes attachés aux marchés nationaux et aux sociétés agroalimentaires. La question de conservation et de la durabilité des ressources se pose sérieusement à son tour suite à la prolifération des incendies ces dernières années malgré la symbiose relative entre la population et la forêt qui s’exprime par la réussite des actions de reboisement.