Programme

Jeudi 15 mars 2018

MATIN

Mucem – Auditorium (Entrée libre par l’esplanade du J4)

9h : Présentation

9h15 – 10h45 : Migrant Labour in Food Regime Perspective, Conférence de Harriet Friedmann (Université de Toronto)

Pause Café

11h – 12h30 : Qualities and inequalities in the making of globalised agri-food worlds: Migration, feminization of the workforce and labour dynamics in Latin America agriculture, Conférence de Josefa Salete (Université de Pernambouc)

Pause déjeuner

APRES-MIDI

 Mucem – i2mp (Entrée par le Fort Saint Jean, 201 quai du port ou par la passerelle)

Inscription obligatoire et gratuite avant le 11 mars 2018 à i2mp@mucem.org

14h – 16 h : 1ère session de communications

Salle Meltem (Rdc) – Travail saisonnier et articulation entre sphère productive et reproductive

Salle Khamsin (1er étage) – Segmentation du marché du travail et trajectoires migratoires et professionnelles

Pause café

16h15 – 18h00 : Deuxième session de communications

Salle Meltem (Rdc) – Migrations et transformation des territoires ruraux

Salle Khamsin (1er étage) – Du global au local : agrifood chains et organisation du travail dans les enclaves d’agriculture intensive

Vendredi 16 mars 2018

MATIN

Mucem – i2mp (Entrée par le Fort Saint Jean, 201 quai du port)

9h – 11h : Première session de communications

Salle Meltem (Rdc) – Le sexe de la globalisation agro-alimentaire

Salle Khamsin (1er étage) – Travail agricole et politiques de contrôle de la mobilité

Pause café

11h15 – 13h15 : Deuxième session de communications

Salle Meltem (Rdc) – Qualité et productivisme : cas d’étude

Salle Khamsin (1er étage) – Populations réfugiées et marchés du travail agricole

Pause repas

APRES-MIDI

14h30 – 16h30 : Troisième session de communications

Salle Meltem (Rdc) – Luttes ouvrières  et alternatives paysannes

Salle Khamsin (1er étage) – Action collective, syndicalisme et résistances quotidiennes

Pause café

17h – 19h : Table ronde

Partage d’expériences et perspectives de lutte

Séminaire International

Travailler, produire et vivre dans le système agroalimentaire globalisé.

Ces trente dernières années, le développement d’enclaves agro-exportatrices a entraîné une transformation radicale de certains espaces ruraux méditerranéens. Cette évolution est liée aux mutations du système de production et de consommation alimentaires à l’échelle globale, mutations caractérisées par le pouvoir croissant des entreprises transnationales et du capital financier, l’ouverture des économies (McMichael, 2009) et l’évolution des modes de consommation dans le Nord global (Friedland, 2004).

L’objectif général de ce séminaire est de réfléchir aux tendances actuelles du système agroalimentaire à partir d’études localisées permettant de comprendre comment ces dispositifs productifs s’implantent de manière spécifique dans chaque territoire, les dynamiques qu’ils y génèrent et leurs conséquences sociales et environnementales. Plus concrètement, il s’agit d’aborder – dans le contexte de la crise économique actuelle – les reconfigurations des dynamiques migratoires, de l’organisation sociale du travail et de la production dans les chaînes agroalimentaires. Si notre réflexion se centre en priorité sur l’aire méditerranéenne, les communications traitant de ces questions dans d’autres régions du monde sont bienvenues. A partir d’une conception de la recherche engagée dans la transformation sociale, nous poursuivons un triple objectif :

1. Consolider – dans la continuité des séminaires internationaux qui se sont succédés depuis 2011 – le réseau de chercheurs travaillant sur les enclaves d’agriculture intensive en Méditerranée et l’élargir aux recherches réalisées dans d’autres régions de la planète.

2. Donner à voir les implications sociales et politiques de la globalisation de la production et de la consommation d’aliments au grand public. Pour cette raison, la rencontre aura lieu au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille et proposera différents supports de réflexion : projection de films et documentaires, exposition photo, conférences…

3. Réfléchir aux différentes expériences d’organisation et aux luttes menées dans le secteur de l’agriculture et de l’alimentation, de concert avec les associations, syndicats et collectifs de travailleurs et de travailleuses, et promouvoir un espace d’échanges entre ces acteurs à l’échelle internationale et avec la sphère académique

Nous nous intéresserons principalement aux propositions qui abordent :

1. Les relations, pratiques et stratégies des différents acteurs qui gouvernent la chaîne et à leur impact sur l’organisation de la production et du travail, en portant une attention spécifique :
– au développement et au rôle des divers labels, normes et agents de certification de la qualité.
– au rôle des ONG, comme nouveaux acteurs globaux dans la régulation des conditions de travail et environnementales dans les enclaves d’agriculture intensive.

2. Le rôle des frontières dans la configuration de la production et de la reproduction au sein des enclaves d’agro-exportation : politiques migratoires, accords de “libre-échange”, délocalisations productives, etc.

3. Les luttes, résistances et subjectivités des travailleurs et travailleuses, ainsi que leur possible articulation avec les mouvements de consommateurs.

4. Les continuités et ruptures dans la configuration des marchés du travail dans le contexte actuel de ré-accumulation capitaliste et d’approfondissement du néolibéralisme (Harvey 2004, Federici 2010).

5. L’expérience migratoire et les conditions de vie et de travail des ouvriers et ouvrières.

On privilégiera par ailleurs les communications qui :

– S’intéressent à l’articulation entre les sphères productive et reproductive ainsi qu’à l’imbrication des différents rapports sociaux de pouvoir (rapports de sexe, classe, « race »/ethnicité, rapports Nord-Sud…) dans l’organisation du travail, de la production et dans l’expérience qu’en font les travailleurs et travailleuses.

– Intègrent une perspective historique.

Les propositions devront être envoyées à l’adresse suivante mam2018@lest.fr

– Les résumés seront limités à 350 mots et indiqueront le nom et l’affiliation des auteurs/trices.
– Date limite d’envoi : 15 novembre 2017.
– Langues : français ou anglais.

Comité organisateur

Rym Affaya, doctorante, CNE
Viviane André,  gestionnaire financière – comptable, Cemca
Jocelyne Bernard, chargee de communication, CNE
Nathalie Besset, secrétariat général, Lest
Virginie Blanc, responsable administrative, CNE
Marie-Annick Cardon, gestion financière, Lest
Aurélie Colin, Secrétariat général, Département recherche du Mucem
Frédéric Décosse,chargé de recherche au CNRS, Lest
Blandine Descamps,  chef de projet, Labexmed
Aude Fanlo, coordinatrice, Département recherche du Mucem
Emmanuelle Hellio, Postdoctorante Labexmed, Département recherche du Mucem et Lest
Anne Faure, Secrétariat général, Département recherche du Mucem
Mathilde Favier, responsable formation et relations internationales,  Labexmed
Laurent Giglio, informaticien, Lest
Karine Gras, Secrétariat général, Département recherche du Mucem
Marcela León,  secrétaire de direction, chargée de communication
Elisabeth Madrid Rojas, étudiante AMU
Juana Moreno Nieto, Postdoctorante Labexmed, Lest et Centre Norbert Elias
Lydie Obert, gestionnaire, CNE
Elie Perrichon, intégrateur web multimedia et correspondant communication, Lest
Ondina Santin, Coordinatrice i2mp, Département recherche du Mucem

Comité scientifique

Lucio Castracani, Université de Montréal (Canada).
Alessandra Corrado, Universidade della Calabria (Italia).
Fréderic Décosse, CEMCA-CNRS-MAEDI (México).
Mustapha El Miri, LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Anna Mary Garrapa, Universidad Nacional Autónoma de México (Mexico).
Emmanuelle Hellio, Mucem-LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Lydia Medland, University of Bristol (UK).
Delphine Mercier, LEST-CNRS (France).
Juana Moreno Nieto, CNE-LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Alicia Reigada Olaizola, Universidad de Sevilla (España).
Béatrice Mesini, TELEMME-CNRS (France).
Valeria Siniscalchi, EHESS (France).
Ingrid Tucci, LEST-CNRS (France).

Ci-dessous les liens vers l’appel à communication en format pdf en anglais et en français.

Appel à communications

Call for papers

International Seminar

Work, production and livelihoods in the global agri-food system.

Mucem (I2MP Fort St Jean), Marseille (France), 15th and 16th March 2018.

The development of high-value export agricultures has led to the radical transformation of particular rural spaces in the Mediterranean in the last three decades. This has been related to the transformation of the production and consumption of foods at the global level, characterised by the increase of power of transnational business and financial capital, the opening of economies (McMichael, 2009) and the evolution of modes of consumption in the Global North (Friedland, 2004).

The objective of this seminar is to contribute to a reflexion on these dynamics of the global agri-food system through localised studies that allow us to understand how these productive systems are implanted in different territories and what their consequences are for social and environmental sustainability. In particular, we intend to address the reconfiguration of migratory dynamics, the social organisation of work and of the production of global agri-food chains, in the context of the current economic crisis. Despite the centrality given to the Mediterranean region in this seminar, proposals that deal with these questions in other geographical regions will also be welcomed.

From a perspective of research engaged with social transformation, this seminar has been established to meet three objectives:

1. To consolidate a research network focused on the Mediterranean that has been developing through the recent seminars since 2011, and broaden it to include research undertaken in other regions of the world (such as South and North America, Asia and Sub-Saharan Africa).

2. To raise awareness amongst the general public of the social and political implications of the production and consumption of food in the context of globalisation. For this reason the seminar will be composed of a variety of activities (screenings, an exhibition, open talks …) and will take place in the Museum of the Civilizations of Europe and the Mediterranean ( Mucem), in Marseille.

3. To reflect on the different initiatives and struggles taking place in the agricultural and food sector together with civil society organisations such as NGOs, trade unions, and workers organisations and promote their international collaboration, as well as with the academic sector.

We are principally interested in the following questions:

1. The governance of global agri-food chains. The relations, practices and strategies of the different actors that compose the chains and their impact on the organisation of production and work, with special attention to:

– the establishment and role of diverse types of labels, norms and agents of certification of quality.
– non-governmental organisations (NGOs) as new global actors in the regulation of labour and environmental conditions in enclaves of global production.

2. The role of political, juridical, and social borders in the configuration of the production and reproduction in agro-export zones ( migration policies, free-trade agreements, off-shoring, etc.)

3. Struggles, resistance and subjectivities of workers and their possible connections with consumer movements.

4. Continuities and ruptures in the formation of labour markets in the current context of capitalist re-accumulation and in the deepening of neo-liberalism (Harvey, 2004; Federici, 2010).

5. Migration experiences, working and living conditions of workers.

There is particular interest in contributions that:

– Take into account the connection between the productive and reproductive spheres and the interrelationships among different systems of social stratification (gender, class and ethnicity, etc, within the global geopolitical frame) in the organisation of labour, production and the experiences of workers.

– Incorporate an historical perspective.

Proposals should be sent to the following e-mail address, mam2018@lest.frtaking into account the following:

– Abstracts should be a maximum of 350 words and be accompanied by the name and affiliation of the author/authors.
– The deadline for proposals is the 15th November 2017.
– Languages: English or French.

Scientific Committee

Lucio Castracani, Université de Montréal (Canada).
Alessandra Corrado, Universidade della Calabria (Italia).
Fréderic Décosse, CEMCA-CNRS-MAEDI (México).
Mustapha El Miri, LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Anna Mary Garrapa, Universidad Nacional Autónoma de México (Mexico).
Emmanuelle Hellio, Mucem-LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Lydia Medland, University of Bristol (UK).
Delphine Mercier, LEST-CNRS (France).
Juana Moreno Nieto, CNE-LEST-Aix Marseille Univ. (France).
Alicia Reigada Olaizola, Universidad de Sevilla (España).
Béatrice Mesini, TELEMME-CNRS (France).
Valeria Siniscalchi, EHESS (France).
Ingrid Tucci, LEST-CNRS (France).

See below the links to this call for paper in pdf format, in english and french.

Call for papers

Appel à communications

Hôtels

Pour vous loger durant le séminaire, nous vous suggérons ces différentes possibilités :

L’auberge de jeunesse Vertigo Vieux Port.

Comme son nom l’indique une auberge de jeunesse proche du vieux port, avec des dortoirs de quatre personnes mixtes ou non mixtes très agréables avec de grandes salles communes et des cuisines (22 euros par lit).

http://www.hotelvertigo.fr/nos-hostels/Vertigo-Vieux-Port-Auberge-Hostel-Marseille-France?lang=en

Réservez rapidement car il ne reste déjà plus qu’une trentaine de places à ces dates là. 

– sur le vieux port, l’hôtel Alizé : chambres entre 60 et 90 euros.

http://www.alize-hotel.com/fr/

– dans le quartier de Noailles en plein centre ville, l’hôtel Saint Louis : chambre à partir de 60 euros si vous réservez rapidement.

http://www.hotel-st-louis.com/

L’hôtel le Ryad, situé en plein centre ville proche de la Canebière, qui propose des chambres à 80 euros.

http://www.leryad.fr/

Inscriptions

Le jeudi matin pour les deux conférences à l’Auditorium du Mucem, l’entrée est libre.

Du jeudi après-midi au vendredi soir, pour les sessions de communications et la table ronde à l’i2mp, au Fort Saint Jean, l’inscription est obligatoire : i2mp@mucem.org.

Pour la journée du samedi, au Mas Granier à Saint Martin de crau l’inscription se fait à mam2018@lest.fr.

Merci d’avance.

Samedi 17 mars 2018

Journée d’échanges chercheurs/ses-activistes et d’organisation pour la défense des droits des travailleurs de la terre dans les enclaves de l’agriculture intensive globalisée

10h-18h

Mas de Granier, Coopérative Longo Maï, Saint-Martin-de-Crau

A travers le partage d’expériences de lutte, cette journée a pour but de favoriser l’interconnaissance et la coordination entre  les organisations engagées dans une alternative paysanne, la défense du droit des étrangèr.e.s ,et/ou ceux des travailleur.ses de la terre à l’échelle locale et internationale. Elle est ouverte à toutes les organisations et personnes intéressées.

Inscriptions : mam2018@lest.fr

Action collective, syndicalisme et résistances quotidiennes

Modération : Anna Mary Garrapa

Giulio Iocco (Université de Calabre), Martina Lo Cascio (Université de Palerme) & Domenico Perrotta (Université de Bergame) Responding to the over-exploitation of migrant farm labourers by building peasant farming and food sovereignty? Insights from three experiences in Southern Italy

Carlos de Castro (Université Autonome de Madrid), Elena Gadea & Andres Pedreño (Université de Murcie) The role of migrants in union mobilizations in global agrifood production networks: The case of Murcia, Spain.

Sarah Schilliger & Nils Wyssmann (Université de Basel), Deportability, Micropractices of Self-Discipline and Everyday Resistance in Swiss Horticulture Sector

Luttes ouvrières et alternatives paysannes

Modération : Charles Berthonneau

Lucio Castracani (Université de Montréal), Travail agricole et (in)soumission : les ouvriers migrants saisonniers au Québec

Mohamed Bouchelkha (Université Ibn Zohr, Agadir), Mondialisation, migration et tentatives d’organisation des ouvriers agricoles au Maroc : le cas de la région de Souss Massa

Romain Filhol (Universités Paris-Est / Naples), Travailler, vivre et lutter comme saisonnier agricole migrant de la filière de la tomate à industrie en Italie du Sud

Arilde Franco Alves & Janaine Souza dos Santos (Institut Fédéral de l’Éducation, Science et Technologie de Paraíba), Expériences de gestion des agriculteurs familiaux paysans paraibanos dans la conservation et l’utilisation des «Semences de la Passion»

Populations réfugiées et marchés du travail agricole

Modération : Delphine Mercier et Assaf Dahdah

Sarah Schilliger & Meret Barfuss (Université de Basel) « Refuggeization » of Agricultural Workforce in Switzerland?

Deniz Pelek (Universités Bogazici, Istanbul / Paris 8) Ethnicity or Poverty? Re-Construction of Unequal Power Relations in the Rural: The Case of Syrian Refugees in Turkish Agriculture

Bediz Yilmaz (IMIS / Université de Osnabrück) Dependencies and Tensions: Migrant Workforce in a Southern Turkish City

Lucile Garçon (Université Lyon 2) & Rami Zurayk (Université Américaine de Beyrouth) La plus longue des saisons. Mise en perspective des migrations de la région de Raqqa (Syrie) à la Bekaa (Liban)

Qualité et productivisme : cas d’étude

Modération : Alicia Reigada Olaizola

Martina Lo Cascio (Université de Palerme), La production de qualité des olives en Sicile: les acteurs, le conflit, le marché du travail

Domenico Perrotta (Université de Bergame), “Local” and “excellent” food chains? The industrial production of pomodori pelati in Southern Italy

Valentina Moiso & Davide Donatiello (Université de Turin) Migrant workers in a DOCG system: the case of Macedonian in the Moscato wine production

Germain Bonnel (Université de Lille), Les salariés migrants en agriculture biologique : une approche par la sociologie des rapports sociaux

Travail agricole et politiques de contrôle de la mobilité

Modération : Emmanuelle Hellio

Olga Achón (Université de Barcelone) The government of the impossible. The myth of Circular and Temporary Labor Migration (MLTC) or new discourses for the legitimation of labor exploitation

Benoit Larbiou, Produire et reproduire : l’immigration agricole au prisme des logiques d’Etat dans la France de l’entre-deux-guerres

Irene Peano (Université de Lisbonne) Spatial politics of labour containment in the agro-industrial district of Foggia, southern Italy, and their possible genealogies

Cristina Brovia (Universités de Milan / Paris 1) Normaliser le ghetto : action humanitaire et confinement des travailleurs migrants saisonniers en Italie

Le sexe de la globalisation agro-alimentaire

Modération Juana Moreno Nieto

Bahija El Haiba (Université Ibn Zohr, Agadir) Agriculture intensive et féminisation du Mouquef dans la région du Souss Massa (Maroc) : contraintes et précarité sociale.

Samiha Salhi (Université Mohammed V-Agdal, Rabat) L’agro-migration du travail et dynamiques de genre. L’exemple des ouvrières agricoles au Maroc

Abderrahim Bentaïbi (INRA-CRRA Meknès) & Dina Najjar (ICARDA) Les conditions de travail agricole et équité salariale pour les hommes, les femmes et les jeunes dans le Saiss, Maroc

Lisa Bossenbroek (Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat) Revisiter le débat autour des changements agraires à partir du quotidien vécu “des ouvrières” agricoles au Maroc

Du global au local: agrifood chains et organisation du travail dans les enclaves d’agriculture intensive

Modération : Domenico Perrotta

Alicia Reigada, Manuel Delgado, Marta Soler & David Pérez (Universités de Séville et de Léon): Crisis, Identity and Moral Economy in Intensive Agriculture in Almería

François Purseigle & Loïc Mazenc (Université de Toulouse –INP-ENSAT-INRA) Complexification de l’organisation et « résistances internes » au travail : le cas des salariés permanents dans les firmes de production agricole

Anna Mary Garrapa (Université Nationale Autonome de México) Supermarket Revolution, Migration and Seasonal Work in the two Rural Californias.

Migrations et transformation des territoires ruraux

Modération : Ingrid Tucci

Alessandra Corrado (Université de Calabre) Respatialization of migrations, rural areas and agricultures: dynamics of change in the Italian context

Francisco Torres (Université de Valence) Migration, transformation rurale et nouvel ordre social à Utiel-Requena (Espagne)

Michele Nori (Institut Universitaire Européen) Pastoral migrations in the Mediterranean: horizontal and vertical motilities