La plus longue des saisons. Mise en perspective des migrations de la région de Raqqa (Syrie) à la Bekaa (Liban)

Lucile Garçon, Université Lyon 2 & Rami Zurayk

Au milieu des champs et vergers qui caractérisent le Nord de la Bekaa, se dressent des campements de fortune faits de panneaux publicitaires et de sacs de pommes de terre tissés. Si de la fenêtre des voitures qui les emmènent à Baalbek, les touristes n’y voient que des camps de réfugiés, la réalité apparaît plus compliquée pour qui porte le regard à l’intérieur des tentes et dans les champs. Dans cette région du Liban marquée par le développement de cultures destinées à l’exportation, la présence de migrant.e.s renvoie aussi à des dynamiques caractéristiques de nombreux autres pays de la Méditerranée désormais insérés dans un système agro-alimentaire globalisé.

Cette proposition de communication se double d’une proposition de projection d’un film documentaire de 23 minutes intitulé Warsheh – du mot qui désigne en arabe les équipes dédiées aux travaux agricoles. Le film est le résultat d’un travail d’immersion de plusieurs mois au sein de campements du Nord de la Bekaa, auprès de familles et de femmes venues de Raqqa pour faire les récoltes de cette plaine d’altitude. A travers un montage qui s’affranchit de tout commentaire, le film met en évidence les inégalités de genre et les rapports de pouvoir qui structurent l’organisation du travail.

Réalisé en 2010, ce court-métrage permet de rappeler que la présence de travailleur.se.s migrant.e.s dans la Bekaa s’inscrit dans une histoire plus longue que celle du conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011. Il propose une mise en perspective des migrations transfrontalières qui se déploient dans la région depuis plusieurs décennies, et invite à une analyse approfondie de formes d’emplois qui, bien que dits saisonniers, se reproduisent et tendent à se pérenniser.