Travailler, vivre et lutter comme saisonnier agricole migrant de la filière de la tomate à industrie en Italie du Sud

Romain Filhol, Universités Paris-Est / Naples

Le 25 août 2016, une scène inédite à l’échelle de l’histoire récente du travail saisonnier migrant dans l’agriculture italienne se produit dans les environs de Foggia (Pouilles). Durant une matinée entière, environ 400 saisonniers agricoles migrants du mouvement « Campagne in lotta » (« Campagnes en lutte ») bloquent l’une des plus grandes usines de transformation de tomates d’Europe. Leurs slogans pointent le lien entre la récolte des tomates à industrie et l’exploitation des ouvriers agricoles migrants dans les campagnes italiennes : « Basta au chantage, des papiers et des contrats » ; « Sur notre travail, c’est nous qui décidons ! » ; « Votre made in Italy est souillé de notre sang ».

Cliché “Campagne in Lotta”, reproduit avec autorisation

 Partant de cette mobilisation, je me propose d’analyser le lien entre le fonctionnement de la filière de la tomate à industrie en Italie du Sud ; les conditions de travail et de vie des saisonniers agricoles migrants à la base de cette filière ; et la façon dont ces derniers s’organisent politiquement pour les améliorer.