Travail agricole et (in)soumission : les ouvriers migrants saisonniers au Québec

Lucio Castracani, Université de Montréal

Depuis les années 1960 le Canada embauche à l’international des ouvriers agricoles saisonniers, par le biais de programmes de migration temporaire. Ces programmes ont vu un développement croissant dans les derniers trente ans dans plusieurs provinces canadiennes, dont le Québec, en concomitance avec des changements du secteur agricole et l’introduction de l’Accord de libre échange nord-américain. Seulement au Québec, chaque année, plus de 11000 miles travailleurs saisonniers en provenance notamment du Mexique et du Guatemala viennent pour être employés dans l’agriculture maraichère.

Plusieurs études académiques, à partir de l’analyse des conditions administratives, sociales, politiques et économiques de la main-d’œuvre migrant temporaire au Canada ont mis en question cette forme d’embauche. Elles ont souligné que les programmes créent un profil migratoire et de travail vulnérable, immobile dans le marché du travail, souvent dépendant de la relation personnelle avec l’employeur et exposé davantage aux accidents et maladies de travail (Basok 2002, Binford 2013 ; Mc Laughlin 2009 ; Preibisch 2010 ; Sharma 2006). En outre, ces recherches ont mis l’accent sur les difficultés d’organiser des luttes pour améliorer les conditions de vie et de travail, notamment à cause des obstacles à la syndicalisation pour la main-d’œuvre agricole dans la majorité des provinces canadiennes et de la permanente possibilité de déportation et exclusion des programmes pour les migrants (Basok et autres 2013).

Malgré ces difficultés, les expériences de lutte et d’organisation collective ne sont pas totalement absentes. Dans cette présentation, je me pencherai sur certains cas d’opposition des ouvriers agricoles migrants à leurs conditions de vie et de travail dans la province de Québec. À partir de l’observation participante au sein d’une association de soutien aux travailleurs et travailleuses migrants temporaires, je prendrai en considération plusieurs expériences, collectives et individuelles, qui peuvent être considérées comme une forme d’opposition aux programmes dans la mesure où elles ont défié la spatialité et la temporalité imposées. Ces expériences, aussi différentes qu’elles soient, constituent une forme importante de lutte aux conditions déterminées par les règles des programmes et, si multipliées, pourraient favorisent un changement matériel des existences des participants et des participantes aux programmes.